• Español
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Português

Venezuela, une nation assiégée

Opinión
13/02/2019
bandera_paz.jpg
-A +A

Caracas, Venezuela.- Un adage philosophico-politique bien connu dit que la seule vérité est la réalité. Cependant, la réalité admet des nuances différentes – même opposés – selon les yeux qui regardent, selon l’évidence de la même réalité. Des yeux qui perçoivent, filtrent et expriment des opinions en fonction des évaluations et des intérêts qui vivent derrière les yeux. Il est également évident que ce que ces yeux perçoivent, quels que soient leurs préférences idéologiques, leurs modes de pensée, leurs matrices de formation ou leurs héritages culturels, n’est, dans tous les cas, qu’un recul partiel de la réalité. Pourtant, il y a une distance énorme entre la diversité des regards sur un même fait et un mensonge pur et simple. Et ce dernier, le mensonge, dans ses différentes formes, est ce que nous voyons et entendons habituellement à propos du Venezuela par les moyens hégémoniques de la confusion.

 

Une terre assiégée

 

Le Venezuela est un pays dont le peuple et le gouvernement sont en état de siège. Pratiquement à partir du moment où il a commencé à retracer la voie bolivarienne, assumant une aspiration indomptable d’émancipation de la domination économique et politique des cercles élitistes et de la vision qui dépend des intérêts des Etats-Unis dans les Caraïbes et en Amérique latine.

 

La rébellion populaire menée par Hugo Chávez Frías lui a valu le rejet immédiat des secteurs privilégiés, secteurs qui s’étaient partagé le butin économique et politique pendant quarante ans à travers du Pacte du Punto Fijo, scellé après la chute du dictateur Pérez Jiménez. Cette modalité de pacte n’est pas très différente du bipartisme – à l’image et au style étasunienne – qui, dans de nombreux pays d’Amérique latine, était une imitation de la démocratie. Pour que rien ne change et que les gens semblent décider.

 

Par conséquent, lorsque les vents ont commencé à changer, lorsque l’organisation populaire a commencé à exprimer la force et l’opinion des laissés pour compte, les mécanismes de réaction ont été activés immédiatement. Face à la nécessité indéniable d’un contrôle de l’État sur la principale ressource économique du pays, le pétrole, et face à la nécessité de changer les priorités dans l’allocation des ressources, de placer le bien-être des majorités au centre, et de la puissante proposition pour la démocratisation contenue dans la Constitution approuvée en 1999, l’alarme du pouvoir établi aux États-Unis, de ses conseillers politiques et culturels s’est fait entendre. Depuis lors, la Révolution bolivarienne a subi une attaque permanente.

 

Les typologies de la guerre contre la Révolution Bolivarienne

 

Comme pour la violence, qui adopte des modalités différentes, la guerre contre le mouvement populaire chavista et ses victoires électorales ultérieures s’est développée en combinant différents niveaux et tactiques. Il s’agit d’une stratégie multidimensionnelle dont l’objectif est de mettre fin à cette importante tentative sociale évolutive.

 

La guerre politique, une guerre socioculturelle

 

Au cours des 20 années qui se sont écoulées depuis l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez en 1999, le pays a connu 25 élections, dont des élections présidentielles, législatives, constitutives, régionales et municipales et une initiative de révocation du mandat. Parmi ces 25 élections, le Chavismo a gagné 23 fois, ayant été vaincu lors de la proposition de l’initiative d’une nouvelle réforme constitutionnelle en 2007 et lors des élections parlementaires où l’opposition a obtenu un large triomphe en 2015.

 

Les secteurs de l’opposition ont tenté d’arrêter la vague de transformations, en essayant de saper et de renverser le gouvernement par des coups d’État, des sabotages productifs, commerciaux et financiers, le vandalisme de rue (« guarimbas »), le boycott électoral, les grèves, la révocation du mandat, le blocus législatif, pour finalement escalader vers des tentatives d’assassinats, attentats et attaques contre des installations civiles et militaires, puis en ignorant les institutions.

 

Le Chavisme a construit sa force politique sur l’organisation, des racines populaires fortes avec une augmentation progressive de la conscience politique dans les secteurs défavorisés et dans l’unité civico-militaire. L’opposition, fragmentée mais fortement soutenue par les milieux d’affaires, les médias privés, les dirigeants ecclésiastiques et l’appareil conspirationniste américain, recomposait partiellement sa force à partir des secteurs moyens et aisés de la société. Ces derniers, pour la plupart d’origine européenne, se caractérisent par leur admiration pour le mode de vie américain et l’individualisme comme moteur de l’existence. Sur le coté opposé, c’est à dire, dans les quartiers périphériques, dans les collines et les lieux où le confort n’est pas abondant, les exigences des métis, des noirs et des créoles, héritiers de la misère, de la ségrégation et de la servitude coloniale, mais aussi de la lutte pour l’indépendance, émergent avec puissance.

 

La guerre de l’oligarchie contre la Révolution Bolivarienne est en fin de compte une lutte pour nier la dignité et l’égalité des droits à tous les êtres humains et est le fruit du trait violent qui perpétue l’imposition de la culture occidentale et blanche comme un modèle à suivre.

 

La guerre économique

 

Parallèlement à l’offensive politique, le Venezuela a été l’objet d’une attaque contre son économie. Un élément clé de l’agression a été l’attaque contre sa monnaie nationale, le bolívar, qui, avec sa perte de valeur, a entraîné une baisse des salaires. Le bélier principal utilisait des portails web tels que « dolartoday », opéré depuis la Floride par des opposants du gouvernement vénézuélien, dont la référence théorique est le professeur Steve Hanke, lié à l’ultraconservateur Institut Cato.

 

La baisse du produit intérieur brut (PIB) est également le résultat de la chute des prix du pétrole (maintenant en pleine reprise), qui a entraîné une réduction du marché intérieur et une augmentation du chômage, qui, avec de faibles revenus, est le principal moteur de l’émigration.

 

L’expansion du marché noir, interdit par la loi, a produit une spirale inflationniste et rendu pratiquement stériles les efforts du gouvernement pour égaliser une agression monétaire virulente. Dans le même temps, les agences de notation ont augmenté le « risque pays » sans correspondance sérieuse avec les variables économiques, rendant le crédit plus cher et entraînant l’augmentation de la dette souveraine, déjà requise par la situation.

 

S’y ajoutent les fuites de devises d’un million de dollars des banques et du secteur privé (un « bachaqueo »[1] financier à grande échelle), le terrorisme de la chaîne de commercialisation avec une hausse abusive des prix, la thésaurisation des produits (la prétendue « famine », accentuée par la contrebande de l’extraction) et la dépendance excessive du pays aux importations pour produire et consommer des biens.

 

Ce dernier facteur [N.D.T. la dépendance excessive] est visé par le blocus imposé par les sanctions unilatérales étasuniennes, telles que le gel des avoirs de la compagnie pétrolière vénézuélienne dans ce pays, l’interdiction faite aux compagnies étasuniennes d’effectuer des transactions avec les entreprises vénézuéliennes et le siège financier étouffant mis en place pour empêcher l’approvisionnement en devises étrangères et l’achat de fournitures, dont des médicaments essentiels . Une étude récente (Centre stratégique latinoaméricain de Géopolitique, CELAG) estime la perte par les Vénézuéliens due au boycott financier et commercial (2013-2017) entre 245 et 350 milliards de dollars.

 

Malgré cette guerre économique, le gouvernement de la révolution bolivarienne a maintenu son engagement social, maintenant 75% du budget investi dans le bien-être de la population. La révolution bolivarienne a permis d’accomplir beaucoup de choses dans les domaines de l’extension des services de santé, de la protection des personnes âgées, de la gratuité de l’éducation, de l’augmentation des inscriptions à l’université, de la construction massive de logements sociaux, de l’extension des services publics, de la réduction de la fracture numérique, de la lutte contre l’analphabétisme et de la garantie des disponibilités alimentaires et des terres agricoles. Sans compter sur une victoire intangible mais primordiale, pour accroître la dignité, la participation et la conviction émancipatrice du peuple.

 

Il est facile de lier la stratégie de démolition économique aux cycles électoraux et aux tentatives d’une opposition mandatée par les États-Unis pour liquider la Révolution. La corrélation est directe.

 

Les guerres médiatique et diplomatique

 

Toute recherche d’informations sur le Venezuela sur Internet à travers les algorithmes monopolistiques d’une société étasunienne bien connue entraînera une cataracte d’informations malheureuses. Tout commentateur de réseaux de télévision à large audience – position qu’il occupe non pas en fonction de la qualité de leur contenu mais de l’appropriation concentrée des services de radiodiffusion – diffusera sa part de poison contre le gouvernement de Nicolás Maduro, sans enquêter, en répétant les clichés et en cachant l’origine de la situation vénézuélienne et ses propres motifs politiques.

 

Tout opposant au gouvernement trouvera immédiatement un écho à ses critiques et les histoires dramatiques d’émigrants seront présentées comme des « preuves testimoniales », qui regorgeront de détails sur les prétendues répressions, les manipulations tyranniques et les calamités les plus diverses. Tout ce matériel qui bombarde les citoyens engagés dans les tâches quotidiennes, avec peu de temps pour analyser l’information en profondeur et en contexte, ne respecte pas les règles de base du journalisme honnête. L’information est biaisée, n’offre pas de sources contrastées dans une proportion équilibrée, ou suffisamment fiables. Elle a une intention claire, identique à celle du cartel international des médias appartenant au capital : diaboliser la personne du président Nicolás Maduro et discréditer la Révolution bolivarienne, exacerber ses difficultés et minimiser (ou cacher) ses réalisations.

 

Bref, les moyens de confusion de masse servent l’intention inéluctable de réfléchir à la bonté évidente du système capitaliste et des pays ayant des gouvernements similaires, dans lesquels la pauvreté, la pénurie, la corruption, la délinquance, la manipulation électorale, le discours unique, heureusement, sont des phénomènes dépassés…

 

Par pure ironie, son objectif est de créer sans pudeur l’atmosphère nécessaire pour forcer un changement de gouvernement au Venezuela ou pour justifier – si les circonstances l' »exigent » – un renversement violent, vu les caractéristiques « perverses » du « régime ».

 

Un rôle similaire est joué par les offensives diplomatiques, commandées depuis Washington par l’intermédiaire de l’OEA, dont le Secrétaire général a occupé le rôle honteux de mener une offensive à motivation politique flagrante contre le gouvernement constitutionnel du Venezuela. Attitude qui viole les règles du droit international, mais qui est conforme à la pratique historique de cet organe.

 

Dans le même temps, l’offensive continentale des gouvernements de droite articulée dans ce qu’on appelle le « groupe de Lima » (à l’exception du Mexique, depuis la victoire électorale d’Andrés Manuel López Obrador) a été un bélier fondamental pour soutenir une image négative du Venezuela et de son gouvernement, basée sur des déclarations, des apparitions dans les médias, la suspension dans des organisations d’intégration comme le Mercosur, l’abandon de l’UNASUR, etc.

 

A cette croisade non sancta ont été pliés plusieurs gouvernements d’une Europe civilisée, mais gouvernée par des courants de droite et néo-fascistes, qui commet des violations quotidiennes des droits de l’homme, comme laisser les gens se noyer dans la mer ou fomenter des guerres par la vente des armes. L’attaque a été rejointe par l’actuel premier ministre de la monarchie parlementaire espagnole, Pedro Sánchez, qui, loin d’adopter le principe de non-intervention, continue fidèlement avec le précepte de la couronne – toujours deux cents ans après l’expulsion de l’empire – de ne pas accepter la pleine émancipation de l’Amérique latine et des Caraïbes.

 

Derrière et devant tout cela, il y a l’arrogance des administrations étasuniennes, sujets à leur tour, du complexe financier-industriel-militaire qui est en réalité le gouvernement permanent, le seul parti qui commande les destinées de ce pays et qui cherche à ne pas perdre son statut de puissance mondiale dominante.

 

Cependant, malgré la stigmatisation absurde de la « menace à la sécurité nationale des Etats-Unis », la sévérité des sanctions unilatérales croissantes, la guerre diplomatique n’a pas atteint, malgré des tentatives répétées, son objectif principal : obtenir des majorités pour condamner le gouvernement vénézuélien, ouvrant ainsi la porte à des actions agressives soutenues par un consensus international.

 

La guerre psychologique

 

Le Venezuela est assiégé, tout comme les places difficiles à conquérir l’ont été tout au long de l’histoire. Une tactique indispensable d’un siège militaire est la guerre psychologique, qui vise à affaiblir la confiance dans sa propre capacité de défense afin de forcer la reddition de la place. L’un des principaux objectifs de l’asphyxie est l’intention criminelle de diviser les forces armées et d’ajouter leur soutien au coup d’État, ce qui conduirait à une guerre civile et très probablement à la partition territoriale du pays.

 

Cette guerre psychologique se déroule avec la rumeur permanente d’une « intervention militaire imminente », avec l’argument absurde de « l’aide humanitaire ». Dans le même but, l’image d’un « gouvernement parallèle » a été installée, reconnue par les alliés, en réalité vassaux, de la stratégie de reconquête du sol vénézuélien par les croisés du capital et de l’impérialisme. Dans le même but, il y a le transfert de soldats, des vidéos de bateaux débarquant sur les plages colombiennes, des visites de hauts commandants du Commandement Sud en Colombie, l’installation de tentes et de boîtes avec des étiquettes pompeuses simulant le confinement d’éléments pour atténuer la « crise humanitaire dramatique ».

 

Les conditions d’une invasion ouverte ne semblent pas être données ; un assaut final sur la place clôturée semble, à tout le moins, prématuré. Le Congrès étasunien n’a approuvé aucune intervention de son armée, il n’y a pas de consensus aux Nations unies, ni dans l’UE. En Amérique latine, malgré l’adhésion de plusieurs gouvernements à la tentative de coup D’état, personne ne semble prêt à s’engager dans un conflit armé aux effets terribles et aux perspectives de « triomphe » douteuses.

 

Pourtant, la situation est grave. La folie, l’irrationalité et l’extrémisme de plusieurs des gouvernements impliqués dans la menace de guerre sont la variable dangereuse qui ne peut être écartée. C’est aux peuples qu’il appartient de susciter une vague unanime en faveur de la paix et de la levée du siège du Venezuela.

 

Les motivations immorales habituelles

 

Les motivations de cet assaut continu contre le Venezuela ne sont pas très différentes de celles qui mènent habituellement aux atrocités de l’invasion, de la colonisation et de la destruction des autres. Donc, ces motivations n’admettent aucune justification.

 

La cupidité des entreprises pour la possibilité de capturer et de gérer les immenses réserves naturelles du pays telles que le pétrole, le gaz, l’or, le fer ou le coltan et leur valeur géopolitique stratégique sont des moteurs centraux de l’agression. A cela s’ajoute l’intention de fermer la voie à la progression des relations commerciales et d’investissement entre la Chine, la Russie et l’Amérique latine, qui diminuent l’hégémonie économique des Etats-Unis et de l’Europe sur la région.

 

La Révolution Bolivarienne a également donné une forte impulsion aux processus de solidarité et d’intégration souveraine, qui sont apparus comme un barrage pour contenir la tentative étasunienne de déterminer la politique de la région et son positionnement international.

 

Enfin, il s’agit d’établir un châtiment exemplaire et d’éviter la construction d’alternatives au modèle d’exclusion décadente du capitalisme, qui se traduit par la persécution et l’interdiction politique des directions populaires et l’installation progressive de régimes répressifs de droite dans plusieurs pays de la région, fonctionnels à l’objectif mentionné.

 

Présent et futur

 

L’impérialisme occidental croit (ou veut faire croire) que le temps est venu pour le gouvernement altier de la Révolution. Qu’il est temps pour les Vénézuéliens de retourner au bercail de la servitude, de l’hypocrisie morale, de l’échec social, de la politique frauduleuse incarnée par les gouvernements détracteurs de la révolution.

 

Une grande partie des gouvernements et des peuples du monde ne sont pas d’accord. Nous ne sommes ni impartiaux ni ambivalents. Nous pensons plutôt que ce qui tend vers sa fin est un système d’appropriation violente, tant en termes objectifs que subjectifs. L’intentionnalité d’un peuple s’exprime dans sa souveraineté, la possibilité de construire des sociétés plus justes ne s’installe que par la paix. La paix est une condition d’équité et l’équité est une condition inéluctable de la liberté.

 

Pour qu’il y ait paix, équité et liberté, ce qui doit tomber, tôt ou tard, c’est la voracité du pouvoir impérialiste, le produit de l’ambition violente et préhistorique de dominer les autres et de s’enrichir au détriment du bien-être collectif.

 

Notes

 

[1] Bachaqueo (de « bachaco », fourmi culona) est la pratique de la contrebande et de la revente illégale de produits subventionnés.

 

- Javier Tolcachier est chercheur du Centre mondial d'Etudes humanistes, un organisme du Mouvement humaniste

 

12.02.2019

https://www.pressenza.com/fr/2019/02/venezuela-une-nation-assiegee/

 

https://www.alainet.org/en/node/198121

Donaciones

Guerra y Paz